• Un défi de Perdule

    Perdule m'a lancé un défi: à mon tour d'écrire un poème qui dit n'importe quoi.Ce n'est pas vraiment un poème,c'est pour s'ammuser.

    Un jour
    Alors qu'il faisait nuit-ou peut être jour
    J'apperçois, derrière un pare-brise
    Deux chats gris que la froidure ne brise
    -En cette saison,le temps était gris
    Comme les chats.
    Le conducteur regarda,effrayé
    Ces deux matous rassasiés
    Par un festin de souris
    Commencé la veille,à minuit.
    Ils levèrent une patte
    Grosse et délicate
    Et firent voler le conducteur
    Paralysé par la peur
    Ainsi que la voiture
    Devenue pure,
    Lavée par les chats,
    Et des chats.
    Ainsi,Monsieur le commissaire
    Les trois êtres reposent dans le cimetiaire
    Et mon récit,s'achève,ah!
    Comme légère,une bulle.

    Mais ce n'est pas pour cela
    Que je m'échine à écrire ce charabia
    J'éspère faire naitre un sourire
    Sur les lèvres de Perdule
    Qui ce texte commanda.

     


  • Commentaires

    1
    Perdule Profil de Perdule
    Dimanche 2 Décembre 2012 à 13:26

    XD

    trop bien ton poème!

    2
    Dimanche 2 Décembre 2012 à 14:04

    Vraiment? Je n'ai pas ton niveau ;)

    3
    Perdule Profil de Perdule
    Dimanche 2 Décembre 2012 à 19:16

    il me fait trop marrer!

    regarde celui que j'ai fait dans la rubrique qui correspond

    4
    Lundi 3 Décembre 2012 à 18:15

    C'est fait :) je me suis permise de donner mon avis alors j'attends le tiens ;)

    5
    Perdule Profil de Perdule
    Lundi 3 Décembre 2012 à 18:28

    ... mais je te l'ai donné

    6
    Mercredi 5 Décembre 2012 à 18:16

    C'est juste :) Mais tu ne l'as pas corrigé.

    7
    Perdule Profil de Perdule
    Mercredi 5 Décembre 2012 à 20:02

    mais ya pas besoin de corriger, ton truc est super

    8
    Vendredi 7 Décembre 2012 à 15:59

    rien n'est parfait ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :